13/02/2015

Un changement important pour la suite...

posté à 12h59

Bonjour à tous,

Tout d’abord je souhaitais vous remercier pour tous les messages de soutien que vous m’avez adressés après ma dernière nouvelle concernant les propos diffamatoires dont j’ai été victime. Cela fait chaud au cœur !

Aujourd’hui j’ai une nouvelle importante pour la suite de ma carrière à rendre publique, vous trouverez ci-dessous les explications nécessaires afin que vous puissiez avoir des éléments pour comprendre ma décision… (Désolé, c’est un peu long).

Pour commencer, imaginez que, dans le cadre professionnel, on vous demande d’atteindre certains objectifs très élevés sans vous en donner les moyens financiers, matériels et humains. Vous y parvenez quand même à force de travail et d’abnégation. On vous dit alors que l’on va vous donner une chance d’évoluer vers le poste que vous convoitez en vous donnant un objectif encore plus élevé et en ne vous aidant pas davantage pour l’atteindre. Bien sûr, vous n’aurez qu’un délai très court pour vous y préparer et qu’une seule chance de réussir… Vous relevez au mieux le défi mais à moins d’une grosse part de réussite, c’est un peu comme si on vous poussait à l’échec. A côté de cela, certains collègues très compétents, sous prétexte qu’ils sortent d’une meilleure école ou autre, bénéficient de tous les moyens (humains, matériels et financiers) dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs, d’un planning fixé par eux-mêmes en début d’année et eux ont en plus le droit de multiplier les chances d’y arriver. Cela paraît un peu injuste et il est forcément difficile de rivaliser et de se faire une place dans ces conditions.

Ce que je décris là n’est pas très éloigné de ce que j’ai vécu en France. Je comprends tout à fait que, face à la densité du niveau français en triathlon et aux jeunes qui poussent (ce qui est très bien pour notre sport !) , il faille faire des choix. Le fait est que, plus jeune, mon choix de faire des études d’ingénieur m’a forcément mis un peu plus à l’écart que si j’avais accepté de rentrer en pôle. La fédération ne peut pas soutenir tout le monde mais à mon sens (et ce n’est que mon avis) ; le problème est, que même en jouant régulièrement les premières places en coupe du monde, on peut se voir interdire l’accès aux WTS ou au championnat d’Europe (en proposant d’y aller à ses frais bien sûr) alors que les quotas français ne sont pas remplis sur ces courses là. La France est le seul pays en triathlon à raisonner de cette façon, les raisons doivent exister mais j’avoue qu’elles m’échappent et cela prive à mon avis la France de nombreux bons résultats car je ne suis pas un cas isolé.

En reprenant l’exemple du cadre professionnel, que feriez vous maintenant dans la situation décrite ci-dessus si une entreprise concurrente vous proposait le poste dont vous avez toujours rêvé et que l’on vous donnait les moyens humains, financiers et matériels pour vous permettre d’atteindre vos objectifs ? Cela impliquerait certes de quitter l’entreprise dans laquelle vous avez toujours travaillé, à laquelle vous êtes très attaché…mais dans laquelle la hiérarchie ne vous donne pas la possibilité de vous épanouir. Hésiteriez-vous longtemps ?

J’ai vécu cette situation il y a quelques mois lorsque la fédération Turque de triathlon, en recherche d’un athlète pour la représenter au niveau international et aux Jeux Olympiques, m’a fait savoir qu’elle serait intéressée par mon profil. Cela impliquait de ne plus représenter la France, mon pays natal auquel je suis très attaché et dont je défends les valeurs ; mais en faisant ce choix, je me retrouvais dans une situation nécessaire pour performer avec en premier lieu, l’accès aux courses internationales auxquelles j’ai droit grâce à mes résultats et mon classement mondial, une prise en charge de mes déplacements sur les compétitions internationales (je devais payer moi-même mes déplacements en concourant pour la France), un choix de mon calendrier sportif, un accompagnement humain sur les courses (je me débrouillais tout seul sur les déplacements pour gérer tous les aléas qui arrivent souvent… ceux qui voyagent un peu le comprendront :retard bagage, nourriture, problème matériel et logistique…). Alors qu’en restant français et n'étant plus reconnu comme sportif de haut-niveau (5h d’entraînement par jour et des podiums en coupe du monde ne sont malheureusement pas reconnus comme du sport de haut niveau par la FFTri), j’aurais été contraint d’arrêter ma carrière au sommet de ma forme.

J’ai donc fait le difficile choix de changer de nationalité sportive afin de poursuivre ma progression, le but étant d’enfin pouvoir courir au plus haut niveau, de pouvoir me préparer sereinement grâce à un planning prévu à l’avance, d'accumuler l’expérience afin d’atteindre le meilleur niveau que mon corps et mon esprit me permettent et vivre ma passion jusqu’au bout.

Certains ne comprendront malheureusement pas ce choix, mais tous mes proches, mon club et mes sponsors qui savent ce que je vis depuis des années l’ont très bien compris et c’est l’essentiel pour moi. Dans tous les cas, ceci est une très bonne nouvelle pour moi, puisque je vais enfin pouvoir me faire des expériences nombreuses sur le circuit international (sans avoir la pression énorme du moindre faux pas) et prendre le temps de progresser grâce à cela. Le but ultime étant tout d’abord une qualification aux Jeux Olympiques et une belle performance sur cette course en 2016 ! Bref un projet ultra motivant !

Actuellement en stage à Grande Canarie avec Gabor Faldum et Tamas Toth (2 triathlètes et amis hongrois), j’enchaine les kilomètres au soleil (c’est toujours plus facile et cela affaiblit moins l’organisme) afin de préparer le début des hostilités le 7 mars à Abu Dhabi. Retardé dans ma préparation par une mauvaise grippe fin janvier, je risque de ne pas être tout à fait prêt mais cela me permettra de faire un premier état des lieux quant à ma forme et à mieux appréhender les gros objectifs qui arriveront fin avril (Cap Town et en mai avec Chengdu, Yokohama et Londres).

Une saison chargée et longue m’attend, donc je retourne à l’entraînement.

A très bientôt.

Aurélien

 


Autre news:
22/05/2016 : Victoire à Salinas (Equateur)
21/04/2016 : 10ème à la coupe du monde de Chengdu!
09/04/2016 : Enfin de retour à la compétition!
01/01/2016 : Une belle année 2016 à tous!
09/12/2015 : Suis-je un citoyen-sportif irréprochable ?
28/09/2015 : Une saison compliquée!
08/04/2015 : Début de saison à Cape Town!
07/02/2015 : Une mise au point s'impose...
22/12/2014 : Bilan de saison 2014
02/08/2014 : Victoire au triathlon Skoda series d'Andorre et accession à la WTS de Stockholm!!


» Consulter les archives

RSS