18/09/2013

Retour sur un mois riche en frustration

posté à 15h26

Bonjour à tous,

La grande forme est de retour, malgré tout, cela ne se voit pas encore dans les résultats ce qui est une source de frustration. Il y a des moments où on a l'impression que malgré tout le travail, tous les sacrifices, tous les progrès effectués, toute l'attention portée à anticiper les moindres détails, tout le soin accordé à son hygiène de vie...rien ne se passe comme prévu à l'image de ce dernier mois.

Coupe d'Europe de Karlovy Vary : Hypothermie → Abandon
Grand-prix de Sartrouville : Temps canon en course à pied (3ème temps) mais le parcours natation inégal me pénalise → 20ème (bonne place quand même) Le lendemain, Gastro-entérite et 10 jours d'entraînement perdus.
Triathlon international de La Baule : A peine remis du virus, manque d'énergie et une transition ratée → 22ème

Dans le sport de haut-niveau, chaque détail a son importance et tout se joue à peu de choses. C'est pourquoi il faut faire preuve de patience, de persévérance et de détermination. Les résultats suivront.

Voici un petit résumé plus détaillé :

Après un gros stage en altitude à Font-Romeu au mois d'août avec mon coéquipier Jérémy Bonhoure où tout c'est bien passé : un gros volume de travail, des intensités élevées, les poumons qui brûlent, les jambes et les bras qui piquent, la respiration qui s'emballe, le cœur qui bat fort...
Je suis redescendu plus en forme et motivé que jamais pour la fin de saison à commencer avec la coupe d'Europe de Karlovy Vary le 25 août.

Connaissant bien la course pour y avoir participé 3 fois auparavant (6ème en 2008, 3ème en 2009, 2ème en 2009, il ne manquait plus que la victoire !), j'ai pu adapter mon entraînement aux parcours que j'allais retrouvés sur cette étape de République Tchèque et au-vu des séances effectuées à l'entraînement, je sais que si tout se passe bien il n'y aura pas beaucoup de concurrents devant à l'arrivée.
Le jour de la course, les conditions météorologiques sont exceptionnellement mauvaises : 13°C, de la pluie et du vent. La course s'annonce rude et dangereuse en vélo sur ce parcours très technique au cœur de la ville. Les organisateurs annoncent une température de l'eau à 20,5°C donc une natation sans combinaison (pourtant la veille l'eau était à 19,5°C, la pluie et le froid ont permis de réchauffer l'eau?Très étonnant !). Bref les organisateurs ont sûrement commis une grosse erreur lors de leur relevé et ceci va me coûter cher à moi ainsi qu'a beaucoup d'autres athlètes. La natation se déroulait en 3 tours avec une sortie de l'eau à la fin de chacun. Dès le début du deuxième tour, alors que je suis en effort maximal je sens le froid m'envahir. A la fin de ce tour, ma motivation prend le dessus sur ma conscience qui me dit de m'arrêter là car je risque de me noyer : je replonge malgré tout pour le 3ème et dernier tour. Au final, je perds une trentaine de secondes sur ce tour, je n'arrive plus à nager, je ne sens plus mes jambes et, saisi par le froid je suffoque. Je parviens quand même à sortir de l'eau, je pars en vélo et là je n'arrive pas à tenir mon guidon, je tremble tellement que je zigzague sur la route et je suis incapable de prendre les virages. Ma respiration est coupée, je suis en hypothermie et contraint à l'abandon pour des raisons de survie. Après la prise en charge par les secours, il m'a fallu plus de 1h15 et une douche chaude pour me réchauffer. Après la course, j'ai appris que nous étions une trentaine sur 80 partants à avoir dû abandonner pour les mêmes raisons ( Notre faible pourcentage de matière grasse ne nous permet pas de résister au froid !)

De retour en France, je suis frustré et en colère contre les organisateurs qui auraient dû autoriser le port de la combinaison et je suis bien déterminé à me défouler au grand-prix de Sartrouville le 1 septembre.

L'enjeu pour l'équipe du Sud Triathlon Performance est énorme sur cette étape de GP et nous n'avons pas le droit à l'erreur si on veut se maintenir. Les deux équipes à battre sont Rouen et Vesoul. La natation dans la Seine n'est pas évidente à négocier avec un départ courant de face. En se plaçant en avant dernière position sur le ponton de départ, nous sommes en plein milieu du fleuve à l'endroit où le courant de face est le plus fort. Nous sortons tous loin de nos places habituelles de cette partie natation mais nous sommes groupés et nous allons collaborés en vélo pour tenter de revenir. A la fin de la partie cycliste, mes coéquipiers et moi sommes tous autour de la 35ème position. La course à pied va être déterminante. Auteur d'un temps canon en course à pied (plus vite que les frères Brownlee vainqueurs de la course) je parviens à remonter à la 20ème place. Gabor lui aussi auteur d'une course à pied très rapide termine 21ème. Mitch vient compléter notre classement par équipe en se classant 46ème. Antony et Jérémy terminent respectivement 53ème et 74ème.
Cette excellente course d'équipe nous permet de nous classer 9ème de cette étape et de remonter à la 13ème place (1er non relégable) au classement général sur les 4 étapes.
Néanmoins, rien n'est joué pour le classement final. La stratégie d'équipe lors de la dernière étape à Nice le 29 septembre sera déterminante et jusqu'au bout, tout sera possible. La course s'annonce palpitante !

Le lendemain du triathlon de Sartrouville, Gastro!...Ah la Seine n'a pas volé sa réputation pour sa richesse en « oligo-excréments » (cf. sketch les Inconnus : La seinoise). Bilan, 10 jours d'entraînement perdus et de fatigue intense.

A peine remis, je suis au départ du triathlon de La Baule pas très confiant sur mon état de forme. Après une natation où je manque de combativité et où je subis les coups par manque d'énergie, je suis encore dans le bon groupe mais je n'ai pas droit à l'erreur à la transition. Dans la précipitation, je perds une vingtaine de secondes pour enfiler mon dossard et c'est trop tard, le train est déjà parti. Au prix de beaucoup d'efforts en vélo et en course à pied je parviens à remonter à la 22ème place. En tous les cas, c'était encore un plaisir de courir cette belle épreuve dans cette magnifique baie de La Baule devant tout ce public.

Voilà un mois riche en manque de réussite qui s'accumule à l'infection, la chute en vélo et les crevaisons du mois de juin, ça commence à faire beaucoup en quelques mois seulement mais j'essaie de positiver : La forme est bonne, une erreur à La Baule lors de la transition mais je ne me ferai plus avoir, pour le reste je n'ai pas grand chose à me reprocher donc je reste concentré et motivé pour la suite en me disant que la réussite va finir par revenir et que je ressortirai renforcé de toute cette période.

Ma prochaine course sera le contre-la-montre par équipe de Toulouse La Ramée avec mes coéquipiers du STP le 21 septembre, puis le dernier GP à Nice le 29 septembre et pour terminer la coupe du monde de Cozumel au Mexique en octobre.

A bientôt pour de bonnes nouvelles.

Aurélien

 


Autre news:
22/05/2016 : Victoire à Salinas (Equateur)
21/04/2016 : 10ème à la coupe du monde de Chengdu!
09/04/2016 : Enfin de retour à la compétition!
01/01/2016 : Une belle année 2016 à tous!
09/12/2015 : Suis-je un citoyen-sportif irréprochable ?
28/09/2015 : Une saison compliquée!
08/04/2015 : Début de saison à Cape Town!
13/02/2015 : Un changement important pour la suite...
07/02/2015 : Une mise au point s'impose...
22/12/2014 : Bilan de saison 2014


» Consulter les archives

RSS