25/03/2014

Premières courses à l'horizon

posté à 19h41

Bonjour à tous,

La saison approche. J’aperçois enfin le bout de ce long tunnel qu’est l’hiver avec les premières courses qui se profilent à l’horizon. Cet hiver aura été très studieux et m’aura permis de progresser dans les trois disciplines. En effet, le gros travail axé sur la natation sous l'œil avisé de Yannick Fanlou porte bien ses fruits et je suis impatient de voir ce que cela va donner en triathlon. J’ai également fait le choix d’améliorer encore mon point fort (la course à pied) et ma troisième place au championnat interrégional de cross m’a montré que j’étais sur la bonne voie. Malheureusement j’ai été malade et contraint à déclarer forfait pour le championnat de France.

De retour d’un stage en Espagne avec le STP (Sud Triathlon Performance, mon club), la forme est déjà bonne. Une bonne semaine d’entraînement à la fois sérieuse et décontractée dans une ambiance de partage et de convivialité avec les jeunes et les moins jeunes… Un grand merci aux dirigeants du club et à tous les participants ! Un petit clin d’œil aux filles : « Merci les filles, vous m’avez bien aidé sur les 400m !! » ;-)

Pour la suite du programme, ce week-end (30 mars) j’aurai le plaisir de courir le duathlon de Carcassonne. (Je vous encourage d’ailleurs à faire de même, c’est une belle épreuve au pied de la magnifique cité médiévale qui vaut le coup d’œil !!).

Le 5 avril, j’aurai l’honneur d’être le parrain du Raid INSA-INP, une épreuve qui ne réunira pas moins de 500 participants et dont je partage les valeurs : Esprit d’équipe, partage, dépassement de soi et convivialité au travers du sport.

Du 6 au 20 avril, je serai en stage en altitude à Font-Romeu afin de peaufiner ma préparation.

Le 1er mai, je serai au départ de l’incontournable triathlon de Saramon.

Le 4 mai, j’aurai le plaisir d’être présent au duathlon de Toulouse pour un beau spectacle place du capitole au cœur de la ville rose.

Le 10 mai, les choses sérieuses commenceront avec la coupe du monde de Chengdu en Chine où l’objectif dans un coin de ma tête sera de faire mieux qu’à Cozumel...

D’ici là, retour à l’entraînement et à bientôt pour des nouvelles.

Aurélien

 


14/01/2014

Bilan 2013 et perspectives pour 2014

posté à 11h28

Chers lecteurs,

En ce début d’année, comme le veut la tradition, je vous souhaite à toutes et tous une très belle année 2014. Qu’elle vous permette d’apprécier chaque instant de bonheur, petit et grand et vous apporte avant tout une bonne santé !

L’heure est au bilan de la saison 2013 et aux perspectives pour 2014.

Les points positifs :
- Le retour sur le podium d’une coupe du monde et d’une coupe continentale : Très encourageant pour la suite, notamment l’arrivée au sprint avec Javier GOMEZ à Cozumel
- Le retour à un niveau très compétitif en course à pied : Me permet dorénavant de jouer la victoire sur n’importe quelle course
- Ma capacité à rebondir et à me remotiver malgré le manque de réussite et la frustration sur quelques courses. Ceci montre que je sais faire face aux difficultés, que j’ai confiance en mes capacités à performer et que je suis bien entouré.

Les points négatifs :

- Le manque de réussite important sur les Grand-Prix : Chute aux Sables d’Olonnes, double crevaison à Saint-Jean-de-Monts, coup de froid à Nice et descente en D2 du STP
- La trop grande sensibilité au froid ce qui m’a beaucoup pénalisé en cette saison où il a malheureusement rarement fait chaud sur les courses. J’espère que la saison 2014 sera plus chaude, sinon il faudra que je garde un petit kilo en plus comme isolant thermique...

Les axes d’amélioration pour l’avenir :
- Gagner quelques secondes en natation afin de sortir directement dans le groupe de tête dès lors, avec mon niveau à pied tout sera jouable.
- Etre moins sensible aux conditions météorologiques et trouver un moyen d’être assez performant même dans le froid.
- Progresser encore en vélo et en course à pied afin de pouvoir jouer un rôle important en vélo en imposant mon rythme et devenir intouchable à pied.

Les moyens mis en place pour 2014 :
- Le changement d’entraîneur en natation : Après 6 années passées à l’ASPTT Toulouse sous la houlette de Loïc Pilorget (que je remercie pour ces années de collaboration) j’avais besoin d’un peu de changement, j’ai donc choisi de collaborer à nouveau avec Yannick FANLOU (qui a été mon premier entraîneur de natation) afin de m’entraîner différemment et de bénéficier d’une préparation personnalisée dans l’espoir de gagner les quelques secondes qu’il me manque.
- En vélo et course à pied je continue à me faire les planifications moi-même. Après des années suivies par Gilles PINNA qui m’a beaucoup appris et apporté, je sais ce dont j’ai besoin pour progresser et être performant. Au programme, de la quantité bien sûr, mais surtout de la qualité et de la précision !
- Les stages d’entraînement en altitude seront toujours au programme
- Le partage de quelques séances avec mes coéquipiers du STP et les jeunes (ou moins jeunes…) du club rend l’entraînement plus ludique et donc plus facile psychologiquement.


La saison 2014 s’annonce donc très intéressante. Le calendrier que je vous dévoilerai prochainement est très motivant avec de nombreuses courses internationales au programme.

La saison a d’ailleurs bien débuté avec une victoire au championnat départemental de cross long à La Primaube sur un parcours très difficile et technique devant mon coéquipier du CPLP Jérémy GARRIC et Maël ALRIC. (Article La Dépêche)

A bientôt et encore bonne année à tous.

Aurélien

 


22/10/2013

2ème à la coupe du monde de Cozumel

posté à 14h36

Bonjour à tous,

Enfin la performance que j'attendais ! La coupe du monde de Cozumel était sur le plan personnel la course la plus importante de la saison puisque c'était mon retour sur le circuit de coupe du monde depuis 2011. Enfin des températures digne d'un triathlon, 32°C ! C'est un des seul triathlons où je n'aurai pas eu froid cette saison et où j'aurai enfin pu m'exprimer pleinement.

Voici le résumé de la course :

Je sors des eaux limpides de la mer des caraïbes dans le milieu du paquet à 30'' de la tête de course. En vélo, un gros regroupement a lieu et tous les favoris sont là, l'espagnol Gomez, les allemands Justus et Buchholz, le mexicain Grajales, l'américain Shoemaker, les russes Polyanskiy, Tutukin et Parienko, le brésilien Colucci... Bref, pour l'instant le scénario est idéal, il va falloir courir vite !

Je reste aux avants-poste en vélo afin d'éviter les risques de chute et j'essaie de bien m'hydrater. Au départ course à pied, je me retrouve rapidement devant en compagnie de Gomez et Abuin Ares mais au kilomètre 1,2 ceux-ci me décroche légèrement et je me fais reprendre par Polyanskiy et Shoemaker. Au kilomètre 2,5 Gomez est seul en tête avec une quinzaine de seconde d'avance sur Polyanskiy, Shoemaker et moi. A ce moment là, je sens la chaleur monter et je m'accroche pour tenir le rythme de l'américain. Dans le dernier kilomètre, après une accélération de Shoemaker, je me rend compte que Polyanskiy n'est pas bien et que j'ai encore de la réserve. J'en profite pour contre-attaquer et je décroche mes deux adversaires. Là, surprise, je suis en train de fondre sur Gomez qui ne semble pas au mieux. Je donne tout se qu'il me reste de force et je parviens à le reprendre à 400m de la ligne d'arrivée. Porté par la frénésie du public et par l’appât de la victoire, j'accélère encore pour essayer de décrocher l'espagnol champion du monde, je ne me retourne pas et je donne tout pour arriver à la ligne d'arrivée le plus vite possible. Les acclamations du public ne me permettent pas de savoir où est Gomez, est-il juste derrière ? L'ai-je décroché ? Finalement, à 100m de la ligne, Javier Gomez qui était légèrement décroché, arrive à accélérer encore et à me passer. Pour ma part, à fond depuis 1km déjà, je suis incapable de changer de rythme et je termine 2ème.

Vraiment très très heureux de cette performance après toutes les frustations de cette saison où j'ai souvent été victime du froid ou de manque de réussite sans pouvoir exprimer mon réel niveau. Rivaliser avec un des meilleur triathlètes de tous les temps me conforte dans mes objectifs et me redonne la confiance et la motivation nécessaire pour progresser encore.

Cela me permet aussi de digérer un peu la grosse déception de la semaine précédente où, avec mes coéquipiers du STP, nous nous voyions redescendre en D2 à Nice après une course ratée pour ma part à cause du froid encore une fois. Nous savions que le maintien serait difficile et cela était un réel défi que nous avons su relever. Mais nous nous sommes malheureusement inclinés dans la dernière ligne droite. Un grand merci encore à tous les gens du club présents à Nice pour nous soutenir et tous ceux qui nous ont encouragé tout au long de la saison.

Ma performance à Cozumel est l'occasion de remercier tous les gens qui croient en moi et qui me soutiennent au quotidien : ma famille, mes amis, mes sponsors, mon club, mon employeur ALTEN, mes entraîneurs, mon médecin... parce que le triathlon est aussi un travail d'équipe et que la réussite ne peut pas se construire seul.

Ci-dessous une petite vidéo de la course:



Bientôt un bilan de la saison 2013 et les perspectives pour l'avenir.

A bientôt et merci encore à tous pour vos messages de félicitation.

PS : Un grand bravo à mes coéquipiers du STP qui se classent 4ème de la coupe de France le même week-end et qui montrent encore une fois que nous avons notre place parmi les meilleurs clubs français.

 

lien vers l'article de trimag


18/09/2013

Retour sur un mois riche en frustration

posté à 17h26

Bonjour à tous,

La grande forme est de retour, malgré tout, cela ne se voit pas encore dans les résultats ce qui est une source de frustration. Il y a des moments où on a l'impression que malgré tout le travail, tous les sacrifices, tous les progrès effectués, toute l'attention portée à anticiper les moindres détails, tout le soin accordé à son hygiène de vie...rien ne se passe comme prévu à l'image de ce dernier mois.

Coupe d'Europe de Karlovy Vary : Hypothermie → Abandon
Grand-prix de Sartrouville : Temps canon en course à pied (3ème temps) mais le parcours natation inégal me pénalise → 20ème (bonne place quand même) Le lendemain, Gastro-entérite et 10 jours d'entraînement perdus.
Triathlon international de La Baule : A peine remis du virus, manque d'énergie et une transition ratée → 22ème

Dans le sport de haut-niveau, chaque détail a son importance et tout se joue à peu de choses. C'est pourquoi il faut faire preuve de patience, de persévérance et de détermination. Les résultats suivront.

Voici un petit résumé plus détaillé :

Après un gros stage en altitude à Font-Romeu au mois d'août avec mon coéquipier Jérémy Bonhoure où tout c'est bien passé : un gros volume de travail, des intensités élevées, les poumons qui brûlent, les jambes et les bras qui piquent, la respiration qui s'emballe, le cœur qui bat fort...
Je suis redescendu plus en forme et motivé que jamais pour la fin de saison à commencer avec la coupe d'Europe de Karlovy Vary le 25 août.

Connaissant bien la course pour y avoir participé 3 fois auparavant (6ème en 2008, 3ème en 2009, 2ème en 2009, il ne manquait plus que la victoire !), j'ai pu adapter mon entraînement aux parcours que j'allais retrouvés sur cette étape de République Tchèque et au-vu des séances effectuées à l'entraînement, je sais que si tout se passe bien il n'y aura pas beaucoup de concurrents devant à l'arrivée.
Le jour de la course, les conditions météorologiques sont exceptionnellement mauvaises : 13°C, de la pluie et du vent. La course s'annonce rude et dangereuse en vélo sur ce parcours très technique au cœur de la ville. Les organisateurs annoncent une température de l'eau à 20,5°C donc une natation sans combinaison (pourtant la veille l'eau était à 19,5°C, la pluie et le froid ont permis de réchauffer l'eau?Très étonnant !). Bref les organisateurs ont sûrement commis une grosse erreur lors de leur relevé et ceci va me coûter cher à moi ainsi qu'a beaucoup d'autres athlètes. La natation se déroulait en 3 tours avec une sortie de l'eau à la fin de chacun. Dès le début du deuxième tour, alors que je suis en effort maximal je sens le froid m'envahir. A la fin de ce tour, ma motivation prend le dessus sur ma conscience qui me dit de m'arrêter là car je risque de me noyer : je replonge malgré tout pour le 3ème et dernier tour. Au final, je perds une trentaine de secondes sur ce tour, je n'arrive plus à nager, je ne sens plus mes jambes et, saisi par le froid je suffoque. Je parviens quand même à sortir de l'eau, je pars en vélo et là je n'arrive pas à tenir mon guidon, je tremble tellement que je zigzague sur la route et je suis incapable de prendre les virages. Ma respiration est coupée, je suis en hypothermie et contraint à l'abandon pour des raisons de survie. Après la prise en charge par les secours, il m'a fallu plus de 1h15 et une douche chaude pour me réchauffer. Après la course, j'ai appris que nous étions une trentaine sur 80 partants à avoir dû abandonner pour les mêmes raisons ( Notre faible pourcentage de matière grasse ne nous permet pas de résister au froid !)

De retour en France, je suis frustré et en colère contre les organisateurs qui auraient dû autoriser le port de la combinaison et je suis bien déterminé à me défouler au grand-prix de Sartrouville le 1 septembre.

L'enjeu pour l'équipe du Sud Triathlon Performance est énorme sur cette étape de GP et nous n'avons pas le droit à l'erreur si on veut se maintenir. Les deux équipes à battre sont Rouen et Vesoul. La natation dans la Seine n'est pas évidente à négocier avec un départ courant de face. En se plaçant en avant dernière position sur le ponton de départ, nous sommes en plein milieu du fleuve à l'endroit où le courant de face est le plus fort. Nous sortons tous loin de nos places habituelles de cette partie natation mais nous sommes groupés et nous allons collaborés en vélo pour tenter de revenir. A la fin de la partie cycliste, mes coéquipiers et moi sommes tous autour de la 35ème position. La course à pied va être déterminante. Auteur d'un temps canon en course à pied (plus vite que les frères Brownlee vainqueurs de la course) je parviens à remonter à la 20ème place. Gabor lui aussi auteur d'une course à pied très rapide termine 21ème. Mitch vient compléter notre classement par équipe en se classant 46ème. Antony et Jérémy terminent respectivement 53ème et 74ème.
Cette excellente course d'équipe nous permet de nous classer 9ème de cette étape et de remonter à la 13ème place (1er non relégable) au classement général sur les 4 étapes.
Néanmoins, rien n'est joué pour le classement final. La stratégie d'équipe lors de la dernière étape à Nice le 29 septembre sera déterminante et jusqu'au bout, tout sera possible. La course s'annonce palpitante !

Le lendemain du triathlon de Sartrouville, Gastro!...Ah la Seine n'a pas volé sa réputation pour sa richesse en « oligo-excréments » (cf. sketch les Inconnus : La seinoise). Bilan, 10 jours d'entraînement perdus et de fatigue intense.

A peine remis, je suis au départ du triathlon de La Baule pas très confiant sur mon état de forme. Après une natation où je manque de combativité et où je subis les coups par manque d'énergie, je suis encore dans le bon groupe mais je n'ai pas droit à l'erreur à la transition. Dans la précipitation, je perds une vingtaine de secondes pour enfiler mon dossard et c'est trop tard, le train est déjà parti. Au prix de beaucoup d'efforts en vélo et en course à pied je parviens à remonter à la 22ème place. En tous les cas, c'était encore un plaisir de courir cette belle épreuve dans cette magnifique baie de La Baule devant tout ce public.

Voilà un mois riche en manque de réussite qui s'accumule à l'infection, la chute en vélo et les crevaisons du mois de juin, ça commence à faire beaucoup en quelques mois seulement mais j'essaie de positiver : La forme est bonne, une erreur à La Baule lors de la transition mais je ne me ferai plus avoir, pour le reste je n'ai pas grand chose à me reprocher donc je reste concentré et motivé pour la suite en me disant que la réussite va finir par revenir et que je ressortirai renforcé de toute cette période.

Ma prochaine course sera le contre-la-montre par équipe de Toulouse La Ramée avec mes coéquipiers du STP le 21 septembre, puis le dernier GP à Nice le 29 septembre et pour terminer la coupe du monde de Cozumel au Mexique en octobre.

A bientôt pour de bonnes nouvelles.

Aurélien

 


25/07/2013

Victoire au triathlon du Lauragais et 15ème à Genève

posté à 14h31

Bonjour à tous,

J'ai remporté le 6 juillet le triathlon du Lauragais sous la chaleur devant mon coéquipier de club Nicolas LEHIR et l'australien David KALINOWSKI.

Ce week-end j'étais à la coupe d'Europe de Genève: L'objectif est clair: la gagne (et à minima le podium). Au vu de la liste des participants, je sais que la partie natation sera primordiale mais qu'en suite, tout est jouable en vélo et course à pied.
Après un départ agité (comme d'habitude...), je suis présent dans le groupe de tête jusqu'au passage de la dernière bouée où je me fais tirer les pieds. Je perds alors 10m que je n'arriverai pas à combler sur les 400 derniers mètres et me retrouve esseulé. A la transition dans la précipitation, je perds à nouveau 5" à cause de la lanière de mon casque. Une erreur et une circonstance de course qui, cumulées à ce moment de la course, vont me coûter cher puisque je ne parviendrai pas à revenir devant malgré un trés bon début de vélo. En haut de la première côte, je compte 10" de retard sur le bon groupe mais je suis isolé et je ne pourrai pas revenir seul sur la partie descendante. Au final, je me retrouve dans un petit groupe de 5 avec lequel on parvient à maintenir un écart autour des 25" pendant 2 tours, puis nous nous faisons rattraper par un autre groupe d'une douzaine, dès lors, il n'y aura plus d'entente, la plupart se contente de suivre pour jouer une quinzième place, d'autres comptent sur les autres pour limiter l'écart et ne sont pas du tout acteur de leur course. De mon côté, je sais que pour réaliser mon objectif je n'ai pas d'autres choix que de revenir devant. Je donne donc mon maximum en vélo, mais malheureusement, sans la collaboration des autres concurrents, je ne peux pas faire de miracle sur un parcours aussi roulant. Je me retrouve pris au piège.
Au final, c'est écoeuré et fatigué par tous mes efforts que je pose le vélo à plus de 2'15 du paquet de tête autant dire que pour le podium c'est fichu. Du coup, c'est surement dommage, mais je n'arrive pas à me motiver pour aller chercher un TOP10 qui était encore jouable. Je termine donc 15ème, très déçu car je me sentais vraiment fort mais les circonstances de courses n'ont pas joué en ma faveur. Pour les futures échéances, il faudra que je fasse un travail psychologique afin de garder la motivation pour me dépasser même lorsque je suis loin de mon objectif initial.

Cela arrive, ça fait parti du sport... Le point positif c'est que je suis en forme et que ce n'est que partie remise. Revanche dans un mois à la coupe d'Europe de Karlovy Vary en République Tchèque. D'ici là, je retourne à Font Romeu pour un gros stage en altitude afin de préparer au mieux la fin de saison.

A bientôt.

Aurélien

 




» Consulter les archives

RSS



     

ALTEN

Atout Majeur

KUOTA

Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées

Ergysport

Mako Wetsuits

AZR

Onlinetri.com